Détartrage & Traitement Brumisateur


Afin de limiter les risques sanitaires liés aux brumisateurs d’eau, SWISS MAROC ® a développé des process permettant d’agir sur les points critiques : détartrage et traitement des eaux brumisées.

Pour lutter contre la chaleur en périodes caniculaires, les brumisateurs font le bonheur des clients en terrasses.

Les brumisateurs ont pour objectif de rafraîchir l’air par évaporation directe de l’eau brumisée dans l'air ambiant, en y dispersant des microgouttelettes.

La dispersion d'eau sous forme liquide génère un aérosol qui va utiliser l'énergie de l'air pour passer en phase vapeur ce qui constitue une évaporation.

Les différents appareils disponibles sur le marché utilisent l’un de ces procédés :

  • par un système à ultrasons ;
  • par un système de buses à haute pression ;
  • par des gicleurs à air comprimé ;
  • par ultracentrifugation.

Quelque soit la méthode utilisée pour la brumisation de l’eau, il existe sur le marché deux systèmes d’alimentation des brumisateurs, l’un mobile avec un réservoir d’eau et l’autre fixe directement relié au réseau de distribution d’eau.


Les dispositifs de brumisation ont été impliqués dans la diffusion d'aérosols contaminés responsables d'épidémies clairement documentées, en particulier de légionelloses.

La granulométrie des gouttelettes émises par les brumisateurs est favorable à la diffusion des bactéries viables dans l’air.

Les gouttelettes émises sont inférieures à 10 µm et correspondent à la taille des aérosols bactériens pouvant éventuellement atteindre les alvéoles pulmonaires, comme pour les légionnelles.

Les mesures réalisées en situation d’exposition à deux mètres du brumisateur confirment la possible inhalation de ces aérosols.

Afin de limiter les risques sanitaires liés aux brumisateurs d’eau, SWISS MAROC ® a développé un protocole permettant d’agir sur tous les points critiques de ces systèmes et de mettre en œuvre toutes les mesures qui s’imposent :

  • Détartrage régulier pour limiter le biofilm et dépôt de calcaire, point d’ancrage des bactéries. Il est impératif que le détartrage soit complet et prenne en compte : rampes, canalisations, groupes de brumisation, bacs et buses.
  • Limiter la température de l’eau brumisée à 23°c afin de réduire le risque de développement de micro-organismes comme la Légionella Pneumophila.
  • Traiter l’eau brumisée en amont du système de brumisation par injection de solution traitante ou par un équipement de rayonnement ultra-violet.