Décontamination à l'Ozone


L’ozone est le désinfectant naturel le plus efficace et le plus rapide.

Sa mise en œuvre est simple et très rapide mais il est conseillé que l’opération soit réalisée par un professionnel formé à la désinfection par l’ozone.

L’ozone est présent naturellement dans l’atmosphère, au niveau de la stratosphère. Cette couche d’ozone joue un rôle protecteur pour les êtres vivants en absorbant la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet ; rayonnement dangereux pour les organismes vivants.

L’ozone est une forme allotropique de l’oxygène : O3, il a une couleur bleu clair et une odeur spécifique semblable à celle de l’atmosphère après un orage.

L’ozone est un gaz oxydant très puissant, pouvant désinfecter, décontaminer et stériliser l’air, l’eau et toutes les surfaces avec lesquelles l’ozone entre en contact.

En quelques secondes l’ozone dégrade les polluants, détruits les fumées et les odeurs, élimine les acariens, les virus, les insectes, les bactéries, les spores et les moisissures de manière totalement naturelles. Sans l’usage de détergents, sans libérer de polluant dangereux pour l’homme ou son environnement.

L’ozone est un bactéricide 52 % plus réactif que le chlore. Le potentiel d’oxydation du chlore est de 1,36 (Chlore potentiel redox 1360 mV) celui de l’ozone 2,07 (Ozone potentiel redox 2 070 mV).

L’ozone a un pouvoir de destruction des virus et bactéries supérieur à 99 %.

À la fin du 19e siècle, des chercheurs français ont recréé l’ozone en laboratoire. Les premières applications industrielles ont vu le jour il y plus de 100 ans.

L’ozone O3 est produit lorsque l’on soumet l’oxygène O2 à un champ électrique. La molécule d’oxygène O2 se dissocie et se recombine avec une autre molécule pour former une molécule triatomique O3.

L’ozone se produit in situ par un générateur d’ozone, sans stockage et agissant instantanément.

L’ozone se dégrade rapidement dans l’air, reprenant en quelques minutes, après avoir agi son état initial d’oxygène O2.

Le traitement par l’ozone est un procédé naturel, sans rémanence, ne laissant aucune trace.

Ecologique, la décontamination ne nécessite aucun produit chimique. Aucun rejet polluant.


Le traitement à l’ozone est particulièrement recommandé dans :

L’industrie Agro alimentaire :

  • Fromage, lait.
  • Viande.
  • Poisson, crustacé.
  • Fruits et légumes.
  • Plats cuisinés.
  • Pâtisserie, boulangerie.

Secteur tertiaire :

  • Hôtel.
  • Restaurant.
  • Crèche.
  • Maison de retraite.
  • École, garderie.
  • Automobile, bus,

Avec le temps, les chambres d’hôtels sont chargées de bactéries, d’acariens, de résidus des produits d’entretien, de mauvaises odeurs et notamment de tabac froid et contaminées par les matières chimiques environnantes.

Nos solutions permettent d’éliminer toutes les charges bactériennes des clients précédents et ainsi restaurer dans la chambre un environnement vierge.

Par l’ozone, nous traitons la totalité de la chambre et de sa salle de bain, du sol au plafond en seulement quelques minutes entre deux locations. Les tapis, rideaux, matelas, couvre-lits, oreillers, linge, intérieur des armoires, placards, tiroirs et meubles sont ainsi décontaminés.

L’ozone pénètre également dans les canaux de conditionnement de l’air, filtres des climatiseurs, ventilateurs détruisant tous les micro-organismes s’y trouvant.


Les infections nosocomiales sont un problème de santé et de société majeur. Elles touchent 1 patient sur 20.

Dues à la présence de germes et de bactéries dans les établissements de santé, elles sont transmises aux patients vulnérables dont les défenses immunitaires sont déjà fragilisées par leur maladie.

Si les infections nosocomiales ne peuvent être totalement évitées, une partie de ces infections pourraient être évitées par des mesures simples qui relèvent avant tout de l'hygiène générale de l'établissement, grâce à un ensemble de protocoles adaptés et notamment la décontamination des chambres

Les trois bactéries les plus fréquemment responsables d’infections nosocomiales sont :

  • Escherichia coli = 24,7 % ;
  • Staphylococcus aureus = 18,99 % ;
  • Pseudomonas aeruginosa = 10 %.

Les principales infections sont :

  • Les infections urinaires = 30,3 %
  • Pneumopathies infectieuses = 14,7 % ;
  • Les infections du site opératoire = 14,2 % ;
  • La peau et les tissus mous = 10,2 % ;
  • Les voies respiratoires supérieures = 6,4 %.

Nos générateurs à Ozone, sont particulièrement étudiés pour la lutte aux infections nosocomiales en milieu hospitalier.

Micro - Organisme Pouvoir de désinfection
Escherichia coli 99,92 %
Staphylococcus aureus 99,97 %
Pseudomonas aeruginosa 99,98 %
Listeria 99,96 %
Mauvaises odeurs 100 %


BACTERIES

  • Achromobacter butyri NCI-9404 ;
  • Aéromonas harveyi NC-2 ;
  • Aéromonas salmonicida NC-1102 ;
  • Bacillus anthracis ;
  • Bacillus cereus ;
  • B. coagulans ;
  • Bacillus globigii ;
  • Bacillus licheniformis ;
  • Bacillus megatherium sp. ;
  • Bacillus paratyphosus ;
  • B. prodigiosus ;
  • Bacillus subtilis ;
  • B. stearothermophilus ;
  • Clostridium botulinum ;
  • C. sporogenes ;
  • Clostridium tetoni ;
  • Cryptosporidium ;
  • Coliphage ;
  • Corynebacterium diphthriae ;
  • Eberthella typhosa ;
  • Endarnoeba histolica ;
  • Escherichia coli E.coli ;
  • Flavorbacterium SP A-3 ;
  • Leptospira canicola ;
  • Listeria ;
  • Micrococcus candidus ;
  • Micrococcus caseolyticus KM-15 ;
  • Micrococcus spharaeroides ;
  • Mycobacterium leprae ;
  • Mycobacterium tuberculosis ;
  • Neisseria catarrhalis ;
  • Phytomonas tumefaciens ;
  • Proteus vulgaris ;
  • Pseudomonas aeruginosa ;
  • Pseudomonas fluorscens (bioflims) ;
  • Pseudomonas putida ;
  • Salmonella choleraesuis ;
  • Salmonella enteritidis ;
  • Salmonella typhimurium ;
  • Salmonella typhosa ;
  • Salmonella paratyphi ;
  • Sarcina lutea ;
  • Seratia marcescens ;
  • Shigella dysenteriae ;
  • Shigella flexnaria ;
  • Shigella paradysenteriae ;
  • Spirllum rubrum ;
  • Staphylococcus albus ;
  • Staphylococcus aureus ;
  • Streptococcus ‘C’ ;
  • Streptococcus faecalis ;
  • Streptococcus hemolyticus ;
  • Streptococcus lactis ;
  • Streptococcus salivarius ;
  • Streptococcus viridans ;
  • Torula rubra ;
  • Vibrio alginolyticus & angwillarum ;
  • Vibrio clolarae ;
  • Vibrio comma ;
  • Vibrio ichthyodermis NC-407 ;
  • V . parahaemolyticus ;

GERMES - CYSTS

  • Cryptosporidium parvum ;
  • Giardia lamblia ;
  • Giardia muris ;

LEVURES - YEAST

  • Baker’s yeast ;
  • Candida albicans-all forms ;
  • Common yeast cake ;
  • Saccharomyces cerevisiae ;
  • Saccharomyces ellipsoideus ;
  • Saccharomyces sp. ;

ALGUES - ALGAE

  • Chlorella vulgaris ;
  • Thamnidium ;
  • Trichoderma viride ;
  • Trichoderma albo-atrum ;
  • Verticillium dahliae ;

VIRUS

  • Adenovirus (type7a) ;
  • Bacteriophage (E. coli) ;
  • Coxackie A9, B3, & B5 ;
  • Cryptosporidium Echovirus 1, 5, 12, & 29 ;
  • Encephalomyocarditis ;
  • Hepatitis A ;
  • HIV ;
  • GD V11 Virus ;
  • Onfectious hepatitis ;
  • Influenza ;
  • Legionella pneumophila ;
  • Polio virus (Poliomyelitus) 1, 2, & 3 ;
  • Rotavirus ;
  • Tobacco mosaic ;
  • Vesicular Stomatitis ;

PROTOZOAIRES - PROTOZOA

  • Paramecium ;
  • Nemotode eggs ;
  • Chlorella vulgaris (Algae) ;
  • All Pathogenic ;
  • Non-pathogenic forms of Protozoa ;

CHAMPINGNONS PATHOGÈNES FUNGAL PATHONGENS

  • Alternaria solani ;
  • Botrytis cinerea ;
  • Fusarium oxysporum ;
  • Monilinia fruiticola ;
  • Monilinia laxa ;
  • Pythium ultimum ;
  • Phytophthora erythroseptica ;
  • Phytophthora parasitica ;
  • Rhizoctonia solani ;
  • Rhizopus stolonifera ;
  • Sclerotium rolfsii ;
  • Sclerotinia sclerotiorum ;

SPORES - FUNGUS & MOLD SPORES

  • Aspergillus candidus ;
  • Aspergillus flavus (yellowish-green) ;
  • Aspergillus glaucus (bluish-green) ;
  • Aspergillus niger (black) ;
  • Aspergillus terreus, saitoi & oryzac
  • Botrytis allii ;
  • Colletotrichum lagenarium ;
  • Fusarium oxysporum ;
  • Grotrichum ;
  • Mucor recomosus A & B (white-gray) ;
  • Mucor piriformis ;
  • Oospora lactis (white) ;
  • Penicillium cyclopium ;
  • P. chrysogenum & citrinum ;
  • Penicillium digitatum (olive) ;
  • Penicillium glaucum ;
  • Penicillium expansum (olive) ;
  • Penicillium egyptiacum ;
  • Penicillium roqueforti (green) ;
  • Rhizopus nigricans (black) ;
  • Rhizopus stolonifer ;

L'atmosphère à l'intérieur des classes des garderies et des écoles maternelles possède généralement des niveaux haut de contamination microbiologique.

De nombreuses bactéries y circulent infectant nos petits enfants, et créant quelques fois des contaminations en chaine.

  • Bronchiolite ;
  • Conjonctivite infectieuse ;
  • Coqueluche ;
  • Diarrhée épidémique
  • Erythème Infectieux ?
  • Impédigo ;
  • Influenza ;
  • Méningite virale ;
  • Otite Moyenne ;
  • Pharyginte ;
  • Amygdalte à steptocoque ;
  • Scarlatine ;
  • Pieds mains bouche ;
  • Varicelle.

En renforçant les mesures d’hygiène et notamment le nettoyage et la désinfection des surfaces par l’ozone, y compris de l’ensemble des jouets et des objets éducatifs, une grande partie de ces épidémies pourraient être limitées.


Les habitacles des voitures et bus souffrent d’un air chargé de mauvaises odeurs (résidus de cendrier, de sièges chargés de nombreuses salissures) ou se développe grands nombres de bactéries, de champignons, de virus ou de moisissures.

Le soleil et les fortes températures du Maroc ne font pas bon ménage avec les plastiques et autres dérivés du tableau de bord et des éléments électroniques. Cette chaleur amplifiant la pollution chimique de l’habitacle dû aux composés organiques volatiles – COV.

L’entretien habituel même minutieux de permet pas d’assurer une hygiène absolue de votre voiture.

L’ozone permet de désinfecter en quelques minutes l’intégralité de votre habitacle et de décontaminer le système de climatisation.